Biographie

Hebert_2011_petite

Pierre Hébert, récipiendaire du prix du Québec «Albert-Tessier» pour le cinéma en 2004 et de la bourse de carrière du CALQ pour le cinéma en 2012, poursuit depuis cinquante ans une carrière de cinéaste, de performeur et d’artiste visuel. En 1962, il entreprend des études en anthropologie à l’Université de Montréal dans l’intention de devenir archéologue. Parallèlement à ces études, il fréquente de 1964 à 1967 l’Atelier libre de recherche graphique de Richard Lacroix où il s’initie aux techniques de la gravure. Mais l’événement déterminant est la rencontre avec Norman McLaren, en 1962, qui l’encourage dans ses expériences d’animation gravée directement sur pellicule, technique qui va rester l’axe central de son travail jusqu’en 1999.

De 1965 à 1999, Pierre Hébert est à l’emploi de l’Office national du film du Canada. Il fait d’abord partie du studio d’animation de la Production anglaise puis, en 1969, il passe à la Production française où il sera brièvement producteur (1970-71) Il retourne ensuite à la réalisation jusqu’en 1996. Il devient alors directeur général adjoint du Programme français, assumant à ce titre la direction du studio animation- jeunesse. À la fin de 1999, il quitte l’ONF pour redevenir réalisateur et artiste indépendant.

De 1965 à 1971, il réalise une série de films expérimentaux qui explorent les phénomènes de perception (Op hopOpus 3Autour de la perceptionNotions élémentaires de génétique). Par la suite, ses films vont témoigner de préoccupations sociales et politiques tout en gardant une approche expérimentale (Entre chiens et loupSouvenirs de guerre). À partir des années 80, tous ses films seront associés à des projets de performances multidisciplinaires qui, à partir de 1982, le conduisent à collaborer avec des musiciens des chorégraphes et des écrivains. En 1986, il invente une forme inusitée de spectacle (animation improvisée en gravant sur la pellicule en direct) qu’il présentera dans de nombreux pays. À partir de 2001, en collaboration avec le musicien américain Bob Ostertag, il poursuit le même genre d’expériences sous une forme renouvelée, grâce à l’usage de l’informatique (Living Cinema) et le rayonnement international de son travail s’amplifie. Il entreprendra par la suite des projets de performances avec plusieurs autres musiciens (Seule la main…, 49 Flies, Tropismes)

En 1991, il entreprend la réalisation d’un long-métrage (La Plante humaine). Ce film, co-production entre l’ONF et la société française Arcadia Films, est terminé au début 1996 et sort en salle commerciale à Montréal et à Paris. Dès 2005, avec le film La Statue de Giordano Bruno, l’idée du projet Lieux et monuments commence à germer et occupe peu à peu le centre de son travail. Ses dernières réalisation sont des installations vidéo, Berlin – Le passage du temps, Lieux et monuments-6, 2014, dont il existe également une version web (lieuxetmonuments.net), et Cycling Utrecht, Lieux et monuments-7, 2015.

Depuis 2009, il poursuit une production régulière de dessins. Ses travaux (les séries Tropismes et Boucliers intérieurs) ont fait l’objet d’exposition au Cinéma ExCentris à Montréal, au centre Le Cercle à Québec et au Musée-chateau de l’Agglomération d’Annecy en France qui a fait l’acquisition de plusieurs dessins dans sa collection permanente. Il poursuit présentement le projet Têtes, mail art sur Facebook, qui consite à afficher un dessin de tête par jour sur Facebook pendant un an. Un livre sera ensuite tiré de ce projet.

Il a fait partie de l’équipe de diverses revues de cinéma (Objectif, 1964-67 ; Format Cinéma, 1983-86) et écrit régulièrement dans plusieurs autres publications. En 1999, il publie un essai sur le cinéma d’animation (L’Ange et l’automate, Les 400 coups, Montréal) et en 2006 une collection d’articles (Corps, langage, technologie, Les 400 coups, Montréal) Il a enseigné la technique et l’histoire du cinéma d’animation à l’École des Beaux-Arts de Montréal (1968), à l’Université Laval (Québec, 1974-78) et à l’Université de Montréal (1975-1978). De 1975 à 1979, il a donné de nombreux ateliers pratiques sur les méthodes de productions artisanales en cinéma d’animation (Bas St Laurent, Acadie, Montréal). Il s’est également associé à plusieurs institutions œuvrant dans le domaine du cinéma, notamment La Cinémathèque Québécoise dont il fut président de 1993 à 1995 et le centre d’artiste Vidéographe dont il fait partie du conseil d’administration depuis 2011. En aout 2010, il est nommé professeur honoraire par l’Emily Carr University of Art and Design, à Vancouver.

Prix et bourses importantes

  • 2017- Prix spécial du Festival international d’animation de Téhéran pour l’ensemble de la carrière accordé par M. R. Karimi Saremi, directeur du festival.
  • 2016- Bourse de production du Conseil des arts et des lettres du Québec pour le film «Le film de Bazin»
  • 2014- Prix du meilleur film d’animation canadien aux Sommets du cinéma d’animation pour Tu ressembles à moi.
  • 2012- Bourse de carrière pour les réalisateurs et les scénaristes (100,000$) du Conseil des arts et des lettres du Québec pour poursuivre la série «Lieux et monuments)
  • 2011- Bourse de production du Conseil des arts et des lettres du Québec pour le film «Place Carnot-Lyon» (Lieux et monuments-2)
  • 2005- bourse de production du Conseil des arts du Canada pour le film Herqueville.
  • 2004- Prix Albert Tessier (prix du Québec pour le cinéma) pour l’ensemble de son oeuvre.
  • 2004- Prix du Conseil des arts et des lettres du Québec à la création pour Entre la science et les ordures.
  • 1997- Prix AQCC/SODEC du meilleur long-métrage québécois de l’année 1996 accordé à La Plante humaine.
  • 1997- Prix cinéma de l’Office des communications sociales accordé à La Plante humaine.
  • 1993-Prix AQEC/Olivieri pour le meilleur article théorique sur le cinéma.
  • 1988- Premier récipiendaire du prix Héritage Norman McLaren pour l’ensemble de son oeuvre.
  • 1987- Bessy Award (NewYork Dance and Performance Award) pour les films du spectacle de danse The Technology of Tears.
  • 1986- Melkweg Cinema Award for Reality Research (décerné par le Melkweg Cinema à Amsterdam) pour l’ensemble de son oeuvre.
  • 1985- Prix du meilleur court-métrage québecois décerné par l’Association québécoise des critiques de cinéma à Chants et danses du monde inanimé – le métro.

Pour un Curriculum Vitae complet.

Pour une courte biographie.