Op Hop Exercices d'animation 2008 San Francisco Festival du nouveau Cinéma Beirut Fantômes Casa Obscura Mingan Filature Fred Frith UC Davis Special Forces Blu Toi la Mordore Songs and Dances from the Inanimate World Max dessins Victoriaville installation vidéo Free Radicals 2007 Le métro reloaded Seule la main... cycles décallés improvisation Chloé Pierre Juneau Rendez-vous du cinéma québécois The Subway Herqueville Variations sur deux photographies de Tina Modotti André Martin Rivière au Tonnerre Perugia Éblouissement d'Icare Robert Marcel Lepage Rodrigue Jean Muto NFB O Picasso Karl Lemieux Agamben John Cage Living Cinema Berlin Photographies «49 Flies» Basmati Double négatif documentaire Halifax Georges Didi-Huberman O Picasso - tableaux d'une surexposition L'expression instrumentale Henri Meschonnic Place Carnot Praha-Florenc Buenos Aires FNC René Lussier Jean Detheux New York Jitter Nathalie Sarraute Home Len Lye Solo la mano... René Jodoin 49 Flies Lieux et monuments gravure sur pellicule en direct Tropismes Triptyque Duplicity

Wednesday 11 May 2011

Seule la main... - liste

  • Seule la main... en arabe, 7 mai 2011, Beirut Animated, Cinéma Métropolis, Beyrouth.
  • Alleen de hand... Performance solo «Seule la main...» en néerlandais, 5 nov. 2010, Holland Animation Film Festival, Theatre Kikker, Utrecht.
  • Samo Ruka... Performance solo «Seule la main...» en Serbe, BanjaLuka Animation Festival, Musée d'Art Contemporain de BanjaLuka, 25 Oct. 2010, BanjaLuka, Bosnie.
  • Installation vidéo en douze langues, salle Norman McLaren, Cinémathèque québécoise, 3-20 décembre 2009, Montréal. Visionnez la VIDÉO.
  • Muku mititshi..., Performance solo «Seule la main...» en innu, à la Cinémathèque québécoise, le 4 décembre 2009, Montréal. Visionnez la VIDÉO.
  • Mininj eta..., Performance solo «Seule la main...» en ojibway, à la Winnipeg Film Group Cinematheque, 30 octobre 2009, Winnipeg, Canada. Visionnez la VIDÉO.
  • Sol la man..., Performance solo Seule la main... en romangnolo, le patois régional de Romagne, à Area Sismica, 3 septembre 2003, Meldola (Forli), Italie.
  • Solo a mano..., Performance solo Seule la main... en romanesco, le patois régional de Rome, au INIT Club, le 29 septembre 2009, à Rome.
  • Nor di hant... Performance solo Seule la main... en yiddish , au Théâtre de la Vieille grille, 18 septembre 2009, Paris.
  • Emi... key hemá Performance solo «Seule la main...» en paiute, à l'Université de Californie à Davis, 22 avril 2009.
  • Nape kin lece Performance avec musique live de Stefan Smulowitz et Viviane Houle, Seule la main dans la langue Lakota , 15e Rendez-vous du cinéma québécois et francophone de Vancouver, à Performance Works, 14 février 2009, Vancouver.
  • So a mao... Performance solo Seule la main... en portuguais, à l'auditorium de la faculté des Beaux-Arts de l'université de Lisbonne, 6 février 2009, Lisbonne.
  • Nor di hant... Performance solo Seule la main... présenté en Yiddish , au Théâtre de la Vieille grille, 4 février 2009, Paris.
  • Enkel de hand... Performance solo Seule la main... en néérlandais (flammand) au Vooruit, January 29 2009, Gand, présenté par Courtisane.
  • Solo la mano... performance solo Seule la main... en italien, Catania, Italie, 21 mai 2007, ZO centro culture contemporanee.
  • Solo la mano... performance solo Seule la main... en italien, IO PROJECT (Investigation about Ontology, http://www.ioproject.eu/), Macchiagodena, Italie, 17 mai 2007. Visionnez la VIDÉO-1 (en italien) et la VIDÉO-2 (images de Pierre Hébert en performance), et voyez les PHOTOS de Petra Benovsky.
  • Seule la main... Festival regard sur le court-métrage de Saguenay, 15 mars 2008
  • Seule la main... performance solo, à l'occasion de l'ouverture du colloque Pratiques orales au cinéma, 24 octobre 2007, Cinémathèque Québécoise, Montréal.
  • Seule la main…, performance solo, 29 mars 2007, Université St-Joseph, Beyrouth, Liban. Visionnez la VIDÉO (en français).
  • Seule la main..., performance solo, Festival International du court-métrage français, 29 mars 2007, Drake Hotel, Toronto, Canada.
  • Only the hand…, avec Stefan Smulovitz, 27 février 2007, Cinematic Manoeuvers, Emily Carr Institute of Art and Design, Vancouver. Visionnez la VIDÉO (en anglais).

Only the hand... - list

  • Only the hand... in Arabic, May 7 2011, Beirut Animated, Metropolis Cinema.
  • Alleen de hand...Solo performance «Only the hand...» in Dutch, Nov. 5 2010, Holland Animation Film Festival, Theatre Kikker, Utrecht
  • Samo Ruka... Solo performance «Only the hand...» in Serbian, BanjaLuka Animation Festival, BanjaLuka Museum of Contemporary Art, Oct. 25 2010, BanjaLuka, Bosnia.
  • Video installation in twelve languages, Norman McLaren exhibition hall, Cinémathèque québécoise, December 3-20 2009, Montreal. See the VIDEO.
  • Muku mititshi..., Solo performance «Only the hand...» en Innu, Cinémathèque québécoise, December 4 2009, Montreal. See the VIDEO.
  • Mininj eta..., Solo performance «Only the hand...» in Ojibway, at the Winnipeg Film Group Cinematheque, October 30 2009, Winnipeg, Canada. See the VIDEO.
  • Sol la man..., Solo performance Only the hand... in Romangnolo, Romagna's regional language, at Area Sismica, October 3 2009, Meldola (Forli), Italy.
  • Solo a mano..., Solo performance Only the hand... in Romanesco, Rome's regional language, at the INIT Club, September 29 2009, à Rome.
  • Nor di hant... Solo performance Only the hand... in Yiddish , at Théâtre de la Vieille grille, September 18 2009, Paris.
  • Emi... key hemá Solo performance solo Only the hand... in Paiute, at the University of California in Davis, April 22 2009.
  • Nape kin lece Performance with live music by Stefan Smulowitz and Viviane Houle, Only the hand... in the Lakota language , 15e Rendez-vous du cinéma québécois et francophone de Vancouver, à Performance Works, February 14 2009, Vancouver.
  • So a mao... Solo performance Only the hand... in Portuguese, at the auditorium of the fine arts faculty of the Lisbon university, February 6 2009, Lisbonne.
  • Nor di hant... Solo performance Only the hand... in Yiddish , at the Théâtre de la Vieille grille, February 4 2009, Paris.
  • Enkel de hand... Solo performance Only the hand... presented in Flemmish, at the Vooruit, January 29 2009, Gent, presented by Courtisane.
  • Solo la mano... solo performance Only the hand... in Italian, Catania, Italy, May 21, 2007, ZO centro culture contemporanee.
  • Solo la mano... solo performance Only the hand... in Italian, IO PROJECT (Investigation about Ontology, http://www.ioproject.eu/), Macchiagodena, Italiy, May 17, 2007. See VIDEO-1 and VIDEO-2 (images of Pierre Hébert in performance) and the PHOTOS by Petra Benovsky
  • Seule la main... solo performance, International Short Film Festival of Saguenay, Canada, March 15 2008.
  • Seule la main... solo performance, for the opening of the conference Pratiques orales au cinéma, Octobre 24 2007, Cinémathèque Québécoise, Montreal.
  • Seule la main..., solo performance, March 29, 2007, St-Joseph University, Beirut,.Lebanon. See the VIDEO (in French).
  • Seule la main……, solo performance , March 16 2007, Toronto International Festival of Short French Films, Drake Hotel, Toronto.
  • Only the hand…, with Stefan Smulovitz, February 27,. 2007, Cinematic Manoeuvers, Emily Carr Institute of Art and Design, Vancouver. See the VIDEO (in English).

Seule la main...

Only the hand..., Solo la mano...

VIDÉO, en anglais (Vancouver).

VIDÉO, en français (Beyrouth) .

VIDÉO, en italien (Macchiagodena).

VIDÉO, tournage de la performance à Macchiagodena, Italie.

VIDÉO, en ojibway (Winnipeg).

VIDÉO, en innu (répétition).

VIDÉO, en arabe (Beyrouth)

VIDÉO, installation vidéo à la Cinémathèque québécoise.

IMAGES FIXES tirées de diverses performances.

PHOTOGRAPHIES de Pierre Hébert en performance.

La performance Seule la main… a commencé à Vancouver en février 2007 à l’occasion d’une visite au Emily Carr Institute of Art and Design pour rencontrer des étudiants en cinéma d’animation. Une soirée image/musique fut organisée à cette occasion par le groupe Computational Poetics au cours de laquelle je devais faire une improvisation à quatre main avec Aleksandra Dulik et un duo avec le musicien Stefan Smulovitz. Pour ce duo, j’ai choisi de travailler à partir d’un texte que mon ami français Hervé Joubert-Laurencin, éminent spécialiste de Pasolini et du cinéma d’animation, avait attiré à mon attention : Seule la main qui efface peut écrire la vérité.

Hervé savait fort pertinemment que cette phrase m’intéresserait à plusieurs titres : à cause de son caractère paradoxal, à cause de sa mise en situation du geste d’effacer, qui était alors devenu un élément essentiel de mes performances d’animation en direct. Il avait pris connaissance de «la phrase» au cours d’une conférence du professeur Carlo Ossola. Sans entrer dans les détails, il s’agit d’une phrase attribuée, de façon probablement apocryphe, au mystique Rhénan Maître Eckhart. De toute façon, l’idée d’associer effacement et vérité circule depuis fort longtemps, on en trouve des traces sous différentes formes, dans les Évangiles, chez Dante et ailleurs.

Au-delà des implications mystiques de cette phrase, ce qui m’intéresse avant tout c’est son rapport précis avec mon processus de travail en animation improvisée, dessiner et effacer de façon cyclique : le mouvement animé ne peut apparaître que par l’effaçage. La phrase m’intéresse aussi parce qu’elle lie la question de la vérité à des activités physiques qui mettent le corps en action, qui supposent des gestes, à savoir écrire et effacer et non seulement «dire la vérité», bien que le langage reste nécessairement toujours impliqué comme substrat. Il m’a semblé que l’impossibilité d’attribuer cette phrase à aucune source certaine m’autorisait à l’investir d’un sens qui me convienne, ce sans nécessairement écarter toutes les interprétations possibles, repérables dans sa longue histoire.

J’ai donc fait cette performance d’abord en anglais («Only the hand that erases can write the true thing'»). Je l’ai repris plusieurs fois par la suite en français (à Toronto, à Beyrouth, à Montréal et à Chicoutimi). À Beyrouth, j’ai regretté de ne pas l’avoir fait en langue arabe. Cependant, à cause de mon ignorance de l’écriture arabe, cela aurait demandé trop de préparation et d’exercices pour être réellement possible pendant un court séjour. Néanmoins, faute de l’avoir fait cette fois là dans une autre langue, j’ai résolu de saisir toutes les occasions pour faire cette performance dans le plus grand nombre possible de langues. C’est devenu un projet. L’objectif d’associer à l’austère mystique de l’effacement portée par la phrase le foisonnement de toutes les langues de l’humanité rajoute une autre couche de paradoxe et donne une valeur moins unilatérale à l’entreprise : que pour advenir la vérité doive non seulement passer l’épreuve de l’élimination du superflus mais doive également s’engager dans la répétition infinie dans tous les idiomes de l’humanité.

La performance Seule la main… est ainsi devenue non seulement une célébration de la multiplicité des langues mais aussi la célébration du fait que la traduction soit possible.

J’avais d’abord pensé que l’édition d’un coffret DVD reproduisant des captations de toutes les versions serait le terme du projet, mais un tel objet aurait été absurde, invisionnable. Au bout du compte, j’en suis venu à penser que la diffusion simultanée de différentes versions, qui permette de créer un ensemble plastique et dynamique plus vaste, serait beaucoup plus intéressante que la simple collection de différentes versions sur un support DVD. Ce qui rend cela possible et visuellement intéressant, c’est que toutes les performances ont la même structure (définie par l’organisation interne de la phrase et de la musique de Stefan Smulovitz, qui est toujours la même), par contre elles sont toutes différentes dans le détail de leur «timing» et de leur construction dynamique et plastique. Lorsque c’était techniquement possible, j’ai donc commencé à faire la performance sur trois écrans (deux versions antérieures diffusées sur les écrans latéraux et la nouvelle au centre). C’était déjà le début de la transformation de la simple performance en projet d’installation vidéo.

Cette démarche aboutit en décembre prochain à la Cinémathèque québécoise avec la présentation d’une première version de l’installation vidéo Seule la main… qui regroupera 12 versions en autant de langues différentes, captées pour la plupart lors de performances dans des pays ou des lieux qui avaient à voir avec chacune de ces langues. Idéalement, je cherche à faire les performances dans des pays ou ces langues sont parlées et devant des locuteurs de ces langues. Cela n’est pas toujours réalisable, mais j’y arrive dans la plupart des cas. Je m’autorise également à reprendre en atelier une performance lorsque je suis insatisfait de ce que j’ai fait devant public. Il n’y a pas de plan, je profite simplement de mes voyages pour multiplier les performances. Parfois aussi, je suis invité spécialement pour faire cette performance. C’est une sorte d’errance à travers les continents. C’est évidemment un projet interminable. Particulièrement du fait que j’ai commencé à m’intéresser aux patois et aux langues parlées par très peu de gens ou même en voie de disparition.

Donc, après l’avoir fait en anglais et plusieurs fois en français, je l'ai fait en italien en mai 2008 dans le village de Macchiagodena, dans les montagnes à 200 km de Rome puis à ZOCulture à Catania en Sicile (Solo la mano che cancela puo scrivere la verita). Le 29 janvier 2009, j'ai présenté Seule la main... en Néérlandais (en Flammand plus précisément) au Vooruit à Gand : Enkel de hand die uitwist kan de waarheid schrijven, le 5 janvier en yiddish à Paris au théâtre de la Vieille grille («Nor di hant vos ken oysmenk di ken shraybn dem emes») puis le 7 février en Portugais à la Faculdade de Belas Artes de Lisboa (FBAUL) à Lisbonne: «Só a mão que apaga pode dizer a verdade», le 14 février, à Vancouver en lakota (langue amérindienne, «Nape kin lece hena pajuju wowicake he okihi owa»). À cette occasion, presque exactement deux ans après la première performance, la pièce a été faite de nouveau avec de la musique «live» de Stefan Smulovitz et Vivianne Houle. Le 23 avril 2009, je l'ai présenté en paiute, une langue amérindienne parlée au Nevada («Emi kaahemá katoo myuk’u, key hemá nomy yow qua»), à l'Université de Californie à Davis. En septembre 2009, je l’ai refait en yiddish au théâtre de La Vieille Grille, à Paris, puis en romanesco («Solo a mano che cancella po scrive a verita») au Club INIT, à Rome, et en romagnolo («Sol la man c’la scanzèle po scrivar la vérité») à Area Sismica à Meldola. Le 30 octobre, je la ferai en Ojibway («mininj eta gaa-gaasii'ang odaa-ozhibii'aan debwewang»). Je dispose donc maintenant de 11 langues, la douzième, la langue innu (muku mititshi ka kashinimatshet tshi ui uitam tapueunu), fera l’objet d’une performance à la Cinémathèque le 4 décembre prochain et sera immédiatement insérée dans l’installation.

Mise à jour: En octobre 2010, j'ai fait une version serbe (Samo Ruka...) à BanjaLuka en Bosnie et une version néerlandaise (Alleen de hand...) à Utrecht aux Pays-bas et, en mai 2011, une version arabe au festival Beirut Animated. Ce qui fait 15 versions différentes.

fiche technique - un seul écran

fiche technique - trois écrans

Notes et détails au sujet de l'installation vidéo Seule la main...

Voir les notes complémentaires.




Voir également le tag «Seule la main...».

Pour plus d'information sur les conditions de présentation de Seule la main..., contacter Pierre Hébert à ph@pierrehebert.com.

Only the hand...

Seule la main..., Solo la mano...

VIDEO, in English (Vancouver)

VIDEO, in French (Beirut)

VIDEO, in Italian (Macchiagodena)

VIDEO, shooting of the performance in Macchiagodena, Italy.

VIDEO, in Ojibway (Winnipeg).

VIDEO, in Innu (rehearsal).

VIDEO, in Arabic (Beirut)

VIDEO, video installation at La Cinémathèque québécoise.

The Only the hand… performance started in Vancouver in February 2007 when I visited the Emily Carr Institute of Art and Design to meet with animation students. At this occasion an evening of image and music improvisation was organized by the Computational Poetics group where I did a four hand animation performance with Aleksandra Dulic and a duet with musician Stefan Smulovitz. For this duet, I choose to work from a sentence that had been brought to my attention by my French friend Hervé Joubert-Laurencin, an eminent specialist of Pasolini and of animation cinema : Only the hand that erases can write the true thing.

Hervé knew very well that this sentence would interest me for many reasons : the fact that it expresses itself in the form of a paradox and also the fact that that it centers on the gesture of erasing which had become a central element of my live animation performances. He had heard about “the sentence” during a conference given by professor Carlo Ossola. Skipping the details, I should note that this sentence is sometimes attributed to the German mystic Master Eckart but actually its origin is obscure and contested. At any rate, this idea of associating truth and erasing has a very ancient history. Traces of it are found a bit everywhere, in the Gospels, in Dante amongst other,

Beyond the austere mystical undertones of this sentence, what interested me fist and foremost in it was its precise relationship with my workflow when I do live improvised animation, alternately drawing and erasing. The animated movement cannot appear without the action of erasing. It also interested me because it relates the question of truth to very physical actions that put the body into motion (writing and erasing), and not just to the act of “saying the truth” although speech is always present in the background. It seemed to me that the impossibility to attribute this sentence to any single author did authorized me to give it a meaning that suited my needs without necessarily discarding all of the possible historical interpretation of it.

I did the first performance in English. I continued several times in French (Seule la main qui efface peut écrire la vérité) in Toronto, Beirut, Montreal and Chicoutimi. In Beirut, I regretted not having done the necessary preparation to be able to do it in Arabic. Actually my stay was too short for the amount of work that would have been needed in order to do it correctly. Nevetheless, this planted in my mind the idea of taking advantage of all of the occasions that would permit me to do the performance in as many languages as possible. This is how it became a major project for me. Also, the objective of associating the austere theme of erasing carried by the sentence to the burgeoning abundance of virtually all the languages of mankind allowed me to add another layer of paradox and to give a less unilateral value to the whole enterprise : to advent, truth must not only face the exercise of taking away all superfluities, but also engage itself in the infinite repetition of all the idioms of mankind.

So the Only the hand... performance became not only a celebration of the multiplicity of languages but also a celebration of the very possibility of translation.

I first thought that the end product would be a DVD set with the captures of all the different linguistic versions of the performance but I quickly realised that such an object would be absurd. I finally came to think that the simultaneous viewing of different versions, which would allow to create a vaster dynamic and plastic ensemble, would be more interesting than a mere collection of versions on a DVD. What makes this visually interesting is the fact that all the performances generally have the same structure (because of the structure of the sentence itself and because of Stefan Smulovitz'smusic whichI use for every new performance) but that they also are all very different in terms of timing and of visual and dynamic construction. So when it was be technically possible, I began to do the performance with a three screens setup (two previous versions being shown on each of the side screens, and the new one on the center). This was the beggining of the transformation of the performance into a video installation project.

After having performed it in English and several times in French, I did it in Italian, in May 2008, in the village of Macchiagodena, in the mountains, 200km east of Rome and at ZOCulture in Catania (Solo la mano che cancela puo scrivere la verita). On January 29 2009, I performed the Dutch (Flemmish) version of Only the hand... (Enkel de hand die uitwist kan de waarheid schrijven) at the Vooruit in Gent. On February 4 2009, I performed a Yiddish version in Paris at Théâtre de la Vieille Grille (Nor di hant vos ken oysmenk di ken shraybn dem emes). On February 6 ,I performed it in Portuguese at the Faculdade de Belas Artes de Lisboa (FBAUL) in Lisbon (Só a mão que apaga pode dizer a verdade) and on February 14, I performed a North American native language version (the Lakota language - nape kin lece hena pajuju wowicake he okihi owa) at performance Works in Vancouver. At this occasion, almost exactly two years after the first performance, it was performed again with live music by Stefan smulovitz and Vivianne Houle. On April 20, I performed it in the Paiute language spoken in Nevada (Emi kaahemá katoo myuk’u, key hemá nomy yow qua) at the University of California in Davis. On September 29, I did a Romanesco version (the traditionnal vernacular idiom of Rome) at the INIT Club, in Rome (solo a mano che cancella po scrive a verita), and on October 4, a Romagnolo version (the traditional idiom of Romagna) at Area Sismica in Meldola (Sol la man c’la scanzèle po scrivar la vérité). On October 30, at the Cinematheque of the Winnipeg Film Group, I will do an Ojibway version («mininj eta gaa-gaasii'ang odaa-ozhibii'aan debwewang»). The last language of the installation, the Innu language (muku mititshi ka kashinimatshet tshi ui uitam tapueunu), will be performed at La Cinémathèque Québécoise on December 4 and will be readily inserted into the video installation.

Update: In October 2010, I did a Serbian version in BanjaLuka, Bosnia (Samo Ruka...), and an Dutch version (Alleen de hand...) in Utrecht, Nederland and, in May 2011, an Arabic version at the Beirut Animated Festival. It makes it to 15 versions.

technical rider - one screen

technical rider - three screens

Notes and details about the Only the hand... video installation

More notes about Only the hand... (in French only)

See equaly the «Seule la main...» tag. (in French only)

For more information about Only the hand… and about the conditions of presentation of a performance, please contact Pierre Hébert (ph@pierrehebert.com) .